fbpx

Par expérience, je sais qu’une femme qui a de l’acné a tendance à :

  • Essayer tous les produits cosmétiques vendus en pharmacie, en parfumerie ou en supermarché.
  • Assécher sa peau à tout prix pour lutter contre les brillances et les boutons.
  • Beaucoup (trop) miser sur les cosmétiques pour résoudre le problème.

Pour prendre vraiment soin de sa peau avec des cosmétiques, il faut déjà commencer par comprendre les ingrédients que l’on met dessus.

Nous allons donc voir comment trouver les bons cosmétiques contre vos imperfections.

 

Trouver les bons cosmétiques contre vos imperfections

 

J’ai envie de vous poser 2 questions. Essayez d’y répondre avec honnêteté. Vous êtes prête ?

Première question : combien d’ingrédients différents appliquez-vous sur votre peau en moyenne par jour ?

Deuxième question : savez-vous ce que contiennent vraiment vos cosmétiques ?

Chaque jour, en comptant les cosmétiques, les produits d’hygiène et le maquillage, les femmes appliquent en moyenne plus de 100 ingrédients sur leur peau ! Et en général, aucune femme ne sait à quoi correspondent ces ingrédients…

Alors, je vais vous donner 4 clés fondamentales qu’il faut absolument connaître pour comprendre les cosmétiques.

 

Règle N°1 : les cosmétiques conventionnels sont majoritairement chimiques

 

Dans ces cosmétiques, on trouve bien sûr des ingrédients actifs pour notre peau, qui eux, sont généralement naturels.

Mais on trouve aussi et surtout de nombreux ingrédients inertes, qui ont pour seuls objectifs d’apporter de la consistance, de la douceur, de pénétrer plus facilement dans la peau, de s’étaler plus rapidement… Ils sont majoritairement chimiques.

Et au-delà de cette origine non naturelle, ils ne sont pas neutres. Ni pour la peau, nous allons voir que certains ingrédients peuvent être irritants, ni pour l’environnement car leur mode de fabrication ou leur rejet dans la nature en font des polluants majeurs.

 

Règle N°2 : la liste des ingrédients n’est pas écrite au hasard

 

La liste des ingrédients doit impérativement figurer sous une dénomination précise sur tous les emballages de cosmétiques : c’est ce qu’on appelle la dénomination INCI.

Dans la liste INCI, les ingrédients sont obligatoirement classés par ordre décroissant (du plus grand au plus petit). C’est-à-dire que l’on va retrouver en premiers les ingrédients qui ont la plus grande proportion dans le tube de crème.

Et si je ne vous ai pas perdu en route, vous comprenez qu’à la fin de la liste, on a les ingrédients présents en plus petite quantité. En général, les 5 ou 6 ingrédients listés en premier représentent plus de 70% à 80% du produit total. Mais les ingrédients qui représentent moins de 1% de la formule, eux, ne sont pas obligatoirement classés par ordre décroissant.

Le bas de la liste INCI est donc en général dédié aux conservateurs, aux antioxydants et aux parfums.

 

Règle N°3 : attention à l’effet cocktail

 

En Europe, tous les fabricants de cosmétiques doivent se conformer au Règlement Cosmétique Européen. Ce Règlement administre la liste des ingrédients interdits (il en existe plus de 1300 ! ) ou soumis à des restrictions, notamment dans les proportions.

Ces dernières années ont pourtant vu la dénonciation d’ingrédients controversés : parabènes, silicones, ethers de glycol, phénoxyethanol, formaldéhyde, PEG… 

Derrière ces noms barbares, on entend parler de substances nocives, de perturbateurs endocriniens, de risques cancérigènes, d’allergies, d’irritations…

Comment est-il possible que ces ingrédients soient vraiment néfastes pour notre santé, puisqu’ils sont autorisés par la réglementation ?

La réponse à cette question c’est NOUS. Notre mode de vie, nos goûts et nos habitudes de consommation. Si vous appliquez chaque jour sur votre visage ou votre corps 4 à 5 produits qui contiennent un ingrédient controversés, vous risquez l’effet cocktail.

L’effet cocktail peut se trouver dans un même cosmétique : comment les ingrédients interagissent entre eux ?  Et en multipliant les cosmétiques au quotidien, il y a un effet cumulatif.

Et ça, c’est un vrai problème qui peut être lourd de conséquence et que personne ne peut prévoir.

 

Règle N°4 : le vert n’est pas toujours la couleur du naturel

 

L’emballage et les arguments marketing eux, ne sont pas réglementés. Et ils sont souvent trompeurs pour le consommateur.

Derrière les mentions « sans parabènes », « doux pour la peau », « avec des extraits naturels », « formule végétale », « fabrication traditionnelle » …, vous avez la sensation d’acheter un produit tout à fait naturel, avec une composition simple et des ingrédients non chimiques.

Quand on a de l’acné, on cherche les produits « Non comédogènes ».

Saviez-vous que ce n’est pas une mention ? C’est un terme qui indique juste que le produit est conçu pour ne pas obstruer les pores. Mais rien ne le garantit ! Et encore moins de lutter contre les imperfections…

Et en général, les emballages vont aussi dans ce sens. On trouve des photos de plantes, une inspiration artisanale, des tons verts qui rappellent la nature.

Ce phénomène a un nom : le greenwashing. C’est la contraction de green (vert) et de whitewash (dissimuler) et qui fait écho à brainwashing (lavage de cerveau).

 

Des outils pour vous aider

 

Je vous invite à être particulièrement vigilante sur la qualité des produits que vous offrez à votre peau acnéique. Un cosmétique ne peut pas faire le travail à la place de la peau. C’est à nous d’accompagner la peau à retrouver d’elle-même son équilibre, de l’intérieur.

Je vous recommande de bien examiner les ingrédients que vous mettez chaque jour sur votre visage.

Combien d’ingrédients appliquez-vous ? Connaissez-vous ces ingrédients ?

Pour comprendre le contenu de chacun de vos produits, je vous invite à utiliser les outils suivants :

Le site La vérité sur les cosmétiques : www.laveritesurlescosmetiques.com

Il vous faudra être patiente et saisir chaque ingrédient un par un, mais à la fin, vous aurez une liste très visuelle de la qualité de la composition (site gratuit).

L’application « Clean Beauty » (en français sur Apple Store et Google Play – gratuite)

Vous photographiez la liste des ingrédients de votre produit et l’application ressort les ingrédients controversés.

 

Deux exemples concrets

D’abord ce soin anti-imperfections qui favorise l’élimination des imperfections légères à modérées : boutons et points noirs pour les peaux à tendance acnéiques. C’est un produit qui compte 29 ingrédients, c’est déjà beaucoup.

Si on prend les 6 premiers ingrédients de la liste, qui sont donc les ingrédients présents en plus grande quantité, on trouve :

  • De l’eau, 
  • Une huile minérale, tristement connue pour être occlusive sur la peau
  • 2 substances adoucissantes 
  • 1 dérivé du pétrole qui empêche le produit de sécher
  • 1 silicone qui dépose un film protecteur chimique sur la peau

Très peu d’actifs présents en majorité dans cette crème ! 

Sur ces 29 ingrédients, 23 servent au produit lui-même : liant, stabilisateur, épaississant, parfum, conservateur, émulsifiant notamment. 5 ingrédients sont jugés problématiques et 4 autres passables.

Le 2ème produit est aussi intéressant, c’est un gel crème “zéro défaut” pour les peaux mixtes à grasses.

Le produit actif phare, c’est le thé boréal, mais quand on regarde dans la liste des ingrédients, il intervient à la fin de la liste, là où on trouve généralement les ingrédients présents à moins de 1% dans la formule…

Sur la totalité du produit, 21 ingrédients tout de même, 15 sont seulement utiles à la crème elle-même et non à la peau.

Et à part la glycérine dans les 6 premiers ingrédients qui est un actif hydratant, la majorité de la formule n’a pas grand chose à faire sur la peau : eau, solvant, déodorant, émulsifiant.

On a ici un bel exemple de greenwashing.

 

Les conseils de Marion

 

Terry Loon, Dermatologue et chef de clinique a écrit : « J’apprécie l’innovation, car la recherche apporte toujours des clés de compréhension. Mais franchement, quel laboratoire cosmétique a vraiment intérêt commercialement à trouver la formule qui éliminerait l’acné ?… »

N’oubliez pas que c’est le bien-être intérieur qui se voit à l’extérieur.
C’est donc à l’intérieur de votre corps que se joue vraiment la beauté de votre peau et la résolution de vos problèmes cutanés.

 

Si vous souhaitez être guidée sur ce chemin, je vous invite à suivre méthode Happyderme® – 6 étapes pour une peau sans acné, qui travaille sur les causes fondamentales de votre acné.